Les différents types de pompe à chaleur

Ça y est ! Vous vous êtes décidé à installer une pompe à chaleur chez vous ! Seulement vous savez pas quel type de pompe à chaleur il vous faut. Aérothermique, géothermique, réversible ou non : en matière de pompe à chaleur, il y a le choix ! Mais tous ne conviendront pas forcément à votre situation. Explication…

Quels types de pompe à chaleur choisir quand on fait construire ?

Au moment du projet de construction, on peut envisager tous les types de pompe à chaleur. En revanche, selon la configuration des lieux, certaines solutions s’imposeront d’elles-mêmes.

1. la pompe à chaleur géothermique

La pompe à chaleur géothermique puise son énergie dans le sol à l’aide de tubes enterrés (PAC sol/sol ou sol/eau). Ces capteurs peuvent être horizontaux ou verticaux. Avec une pompe à chaleur géothermique, vous profiterez de la chaleur de la terre pour vous chauffer et pour obtenir de l’eau chaude sanitaire. Cette chaleur sera redistribuée par les radiateurs, le circuit d’eau chaude et/ou un plancher chauffant.

À capteurs horizontaux

Les capteurs horizontaux sont actuellement les plus répandus en France et les moins coûteux à installer. Cela ne nécessite pas de gros travaux puisque les capteurs sont enterrés à une faible profondeur (entre 60 cm et 1m20). En revanche pour pouvoir les installer, il faut que votre terrain représente au moins une fois et demie la surface à chauffer. Les capteurs en occuperont alors la plus grande surface.

À capteurs verticaux

Si vous avez un petit terrain et souhaitez installer une PAC géothermique, vous devrez opter pour un captage vertical. Plus coûteux, ce système nécessite un forage en profondeur (jusqu’à 100 m) mais vous gagnerez en efficacité car votre installation sera moins sensible aux variations de température.

2. la pompe à chaleur géothermique sur eau de nappe

Il est aussi possible d’installer une pompe à chaleur géothermique sur eau de nappe (PAC eau/eau). Dans ce cas la chaleur captée est celle de l’eau de la nappe phréatique. Sa température est le plus souvent comprise entre 8 et 12 degrés. Cette eau, peu profonde (moins de 100 m) est captée par forage. La pompe à chaleur géothermique sur eau de nappe est la solution recommandée si votre maison se situe au-dessus d’une nappe.

3. la pompe à chaleur aérothermique air/air

pompe à chaleur

C’est la plus simple à installer. La pompe à chaleur air/air aérothermique puise l’énergie (les calories) de l’air ambiant, qu’il s’agisse de l’air intérieur ou extérieur. Pour ce système il n’est pas nécessaire de forer, d’installer des capteurs et de demander des autorisations administratives. C’est la solution la plus universelle. En revanche les performances de ces types de pompe à chaleur seront impactées par la température de l’air. S’il fait très froid (températures inférieures à -7 degrés), il sera certainement nécessaire de prévoir un autre chauffage en complément (poêle à bois, radiateurs électriques). En fonction des modèles, votre pompe à chaleur s’arrêtera de fonctionner entre -10 et -20 degrés, votre chauffage d’appoint prendra alors le relai.

En plus de consommer très peu d’énergie pour vous chauffer l’hiver, certains modèles sont réversibles et vont vous permettre de rafraichir votre logement au coeur de l’été.

Quelle pompe à chaleur choisir pour remplacer un chauffage existant ?

Si votre projet d’installation d’une pompe à chaleur vise à remplacer une solution de chauffage existante, il est important de prendre en compte les contraintes de votre installation actuelle.

Dans le cas d’un plancher chauffant

Voilà typiquement un projet de rénovation assez lourd. Il vaut mieux prévoir un plancher chauffant au moment de la construction de votre maison qu’en phase de rénovation. L’installation d’une pompe à chaleur dans ce cas de figure peut être compromise en fonction de la configuration des lieux.

Toutefois, si un plancher chauffant est déjà en place, la pompe à chaleur air/eau est particulièrement intéressante. Sans travaux supplémentaires, elle se branche directement à votre le plancher chauffant.

Dans le cas d’un circuit de chauffage central

Là aussi, la pompe à chaleur air/eau est la solution la plus flexible. Pas de travaux titanesques à prévoir, elle s’installe en lieu et place de l’ancienne chaudière au fioul ou au gaz.

D’ailleurs la PAC air/eau peut aussi alimenter en même temps le circuit de chauffage central ET le plancher chauffant sans contraintes supplémentaires. C’est vraiment la solution la plus intéressante en cas de rénovation, il suffit d’adapter la puissance du matériel à la configuration des lieux et à l’usage.

Quelle pompe à chaleur choisir pour son eau chaude sanitaire ?

Une pompe à chaleur spécifique peut aussi être dédiée à la production d’eau chaude, il s’agit d’un chauffe-eau thermodynamique ou ballon thermodynamique. Cette PAC équipée d’un ballon de stockage d’une capacités d’environ 150 à 300 litres permet de couvrir tous les besoins en eaux chaudes sanitaires de la famille. Il puise dans l’air ambiant les calories dont il a besoin pour produire de l’air chaud. Il consomme ainsi très peu d’énergie. Autre avantage, la vitesse de chauffe est beaucoup plus rapide qu’un ballon d’eau chaude classique, permettant ainsi d’avoir toujours de l’eau chaude disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − trois =