Chaudière à condensation

Une des chaudières les plus performantes sur le marché !

Le fonctionnement de la chaudière à condensation : un principe simple

Changer sa chaudière vieillissante pour un modèle à condensation, assure une économie sur la facture de chauffage de 25 %. Mais quel est le fonctionnement d’une chaudière à condensation ? Explications

Les principes de fonctionnement d’une chaudière à condensation.

Dans une chaudière à gaz classique, la combustion du gaz chauffe l’eau du circuit de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Les fumées et la vapeur d’eau émises lors de cette combustion sont immédiatement évacuées. Dans une chaudière à condensation, ces fumées et la vapeur d’eau sont récupérées pour en extraire l’énergie thermique qu’elles contiennent. Leurs températures s’élèvent alors à 120 °C et 200 °C. Concrètement, la fumée passe par une seconde chambre voisine de celle de combustion. Dans ce second espace, elle débouche sur le circuit de retour du chauffage central. La température du circuit est à ce moment-là comprise entre 30 °C et 50 °C. Ce dernier récupère alors les calories résiduelles de la vapeur d’eau issu des fumées. Ainsi préchauffée, l’eau peut repasser dans la chambre de chauffe. Il faudra moins d’énergie dans ces conditions pour la mettre à température.

Fonctionnement chaudière à condensation
Fonctionnement chaudière à condensation

Ce principe permet l’apport de 10 % de chaleur en plus. La vapeur d’eau ayant perdu ses calories redevient de l’eau. Elle s’évacue ensuite naturellement par la canalisation d’eaux usées du logement. Les fumées s’expulsent en façade ou par le toit par un système de ventouse ou de cheminée. Leur température étant nettement moins élevée que les fumées d’une chaudière classique (environ 50 °C au lieu de 200 °C), elles se révèlent moins polluantes. Pour améliorer encore les économies d’énergie, la chaudière à condensation va fonctionner à basses températures sur de longues périodes plutôt que de chauffer par à-coups. Comme dans les voitures, où il vaut mieux avoir une conduite calme et modéré, plutôt que vive et saccadée.

Le fort rendement de la chaudière à condensation

Ce principe de réutilisation des calories produites par les fumées permet un rendement de 110 %. C’est-à-dire que la chaudière à condensation produit plus d’énergie pour le chauffage qu’elle n’en consomme. Il s’agit est donc un des système les plus performant pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

La directive Européenne d’éco conception impose désormais la pose de ce type de chaudière dans les maisons. De plus, les chaudières sur le marché ont actuellement un rendement forcément supérieur à 86 % en conformité avec la loi actuelle.

Petit point de vocabulaire : le rendement est la quantité d’énergie sortant de la chaudière sous forme de chaleur par rapport à la quantité d’énergie injectée dans la chaudière.

Le fonctionnement de la chaudière à condensation, convient-il pour d’autres énergies que le gaz ?

D’autres énergies sont concernées, même si la chaudière à condensation au gaz de ville est le principe le plus répandu : le butane, le propane, le GPL, mais aussi le fioul, le charbon ou même les granulés de bois.

Dans ces cas-là, il sera nécessaire de prévoir l’installation d’une cuve ou d’un silo pour stocker l’énergie en question. Dans le cas du gaz ou du fioul, la cuve devra obligatoirement être en plastique ou en métal pour résister aux vapeurs corrosives. Ce contenant pourra être enterré dans un jardin ou seulement poser sur le sol. Pour une chaudière à condensation à granulés de bois, le silo devra se trouver à proximité immédiate de la chaudière afin que l’alimentation en granulés de bois par chargement automatique ne soit pas interrompue.

Pour en savoir plus sur l’installation d’une chaudière à condensation.

Quelle puissance prévoir ?

La puissance d’une chaudière à condensation pour équiper un logement va dépendre :

  • de la surface du logement,
  • du nombre d’habitants,
  • du niveau de confort souhaité
  • et de la production ou non d’eau chaude sanitaire.

En générale, 5 kW suffisent pour une petite maison bien isolée. Il est possible d’aller jusqu’à 20 kW, et même au-delà pour un grand logement moins bien isolé. Une chaudière à condensation peut être couplée à un système de production d’eau chaude solaire pour palier à un manque temporaire de rayonnement solaire. Pour optimiser au maximum l’installation et offrir le plus grand confort possible, les professionnels conseillent la mise en place de thermostats d’ambiance et de robinets thermostatiques sur les radiateurs. Dans un souci de discrétion et de confort, les chaudières gaz à condensation de dernière génération offrent un fonctionnement discret, comparable au bruit d’un lave-vaisselle.

Pour être performante, une chaudière à condensation dernière génération doit être installée dans un logement isolé convenablement en veillant à la propreté du circuit de chauffage (désembouage).